Activités, événements et projets du PEP-MA
En collaboration avec ses membres, le PEP-MA tient des événements, organise des activités et crée des projets de recherche partout au pays. Revenez souvent consulter cette page pour en savoir plus.

Symposium pour les membres du PEP-MA

Les membres du PEP-MA sont invités à assister à un symposium pour en apprendre davantage sur les interventions sur les campus permettant de réduire les méfaits liés à l’alcool chez les étudiants des cégeps et des universités.

  • Inscription : L’inscription est maintenant ouverte et gratuite. COMPLET!
  • Date : Jeudi 3 octobre 2019, de 9 h à 16 h
  • Lieu : Grand Times Hotel Sherbrooke, 1 rue Belvédère, Sherbrooke (Québec), J1H 0G8
    Pour réserver une navette entre l’Aéroport International Pierre-Elliott-Trudeau et Sherbrooke, suivez ce lien
    https://aeronavette.ca/
  • Objectif :
    • Écouter des experts internationaux, réseauter avec des collègues travaillant à réduire les méfaits de l’alcool sur les campus canadiens et se renseigner sur les stratégies et programmes ciblant les étudiants, la culture des campus et les communautés environnantes.
    • Programme en bref
      Le comité consultatif du PEP-MA est fier de présenter le programme du symposium.
      Télécharger le Programme en bref
      Remarque : Le programme préliminaire pourra être modifié. Il sera mis à jour si d’autres renseignements deviennent disponibles.

 

Conférenciers principaux
Tim Dyck

Tim Dyck
Université de Victoria
Tentative de modification collaborative de la culture sur la consommation d’alcool sur les campus : pourquoi, comment et à quelles fins?

Tim Dyck travaille à l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances (ICRUS) à l’Université de Victoria depuis 2006, comme associé de recherche à la division de la mobilisation des connaissances, dans les bureaux de Vancouver. Depuis 2007, il occupe un rôle consultatif auprès des responsables de l’initiative Healthy Minds | Healthy Campuses, dont l’ICRUS assure la codirection. Membre de l’équipe de soutien HM | HC, il s’occupe surtout d’un projet HM | HC ayant pour but de changer la culture entourant l’usage de substances, depuis sa création en 2012. Le travail de Tim consiste principalement à encourager les campus à appliquer systématiquement une approche de promotion de la santé, comme moyen le plus adéquat d’encadrer l’usage de substances.


 

Jocelyne Faucher
Université de Sherbrooke
Renforcer la capacité à l’échelle communautaire pour intervenir efficacement : Universités de Sherbrooke et Sherbrooke ville en santé

Jocelyne Faucher, professeure à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, cumule plus de 28 années d’expérience en gestion, d’abord dans le réseau de la santé, puis en milieu universitaire. Certifiée du Collège des médecins de famille du Canada, dont elle a obtenu le titre de fellow, elle détient une maîtrise en administration des services de santé de l’Université de Montréal et une certification en gouvernance de sociétés de l’Université Laval.

En 2004, Jocelyne devient secrétaire de la Faculté et vice-doyenne à la vie étudiante. Secrétaire générale de l’Université de Sherbrooke depuis 2009, elle a également été vice-rectrice aux relations internationales de 2009 à 2017. Coprésidente du Conseil franco-québécois de coopération universitaire de 2010 à 2014, elle reçoit le grade de Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques de la République française.

Jocelyne œuvre étroitement avec les associations étudiantes pour favoriser une consommation responsable d’alcool et, ainsi, la réduction des méfaits liés à l’alcool. Par ailleurs, l’Université de Sherbrooke a contribué à l’étude La consommation d’alcool et ses méfaits chez les jeunes : Étude de cas dans la communauté de Sherbrooke et au projet pilote de l’Enquête canadienne sur la consommation d’alcool et de drogues dans les établissements d’enseignement postsecondaire, ce qui a permis une prise de conscience des parties prenantes concernées ainsi que de nouvelles pratiques.


 

Darren Kruisselbrink

Darren Kruisselbrink
Université Acadia
Qui est plus susceptible d’aider? Examen des comportements de témoins de consommation d’alcool sur le campus

Darren Kruisselbrink est professeur à l’École de kinésiologie de l’Université Acadia. Membre fondateur du comité consultatif du PEP-MA, il copréside le Groupe de travail sur la gestion de données. C’est lui qui a élaboré le sondage sur la consommation d’alcool de l’Université Acadia, dont il se sert pour suivre les habitudes de consommation des étudiants et ses conséquences et voir comment évolue la culture sur le campus depuis 2011. C’est aussi en 2011 que l’université est devenue membre de la Collaboration d’apprentissage sur la consommation d’alcool à risque élevé du programme national d’amélioration de la santé dans les établissements postsecondaires des États-Unis (U.S.-based National College Health Improvement Program Learning Collaborative on High Risk Drinking). En tant que membre du Groupe de travail sur la gestion de données, et en collaboration avec Santé Canada, Darren a travaillé aux questions sur l’alcool incluses dans la récente Enquête canadienne dans les établissements d’enseignement postsecondaire sur la consommation d’alcool et de drogues.


Jennifer Merrill

Jennifer Merrill
Université Brown
Nouvelles cibles et technologies pour contrer la forte consommation d’alcool et ses conséquences sur les campus

Jennifer Merrill est professeure adjointe au Centre d’études en alcool et dépendance (Center for Alcohol and Addiction Studies) au Département des sciences comportementales et sociales de l’Université Brown. Elle a obtenu un doctorat en psychologie clinique de l’Université de Buffalo en 2012 et est psychologue clinicienne autorisée dans l’État du Rhode Island. Ses recherches portent principalement sur les causes et conséquences du mésusage d’alcool chez les jeunes adultes, et elle s’intéresse particulièrement à l’évaluation subjective des conséquences associées à l’alcool.

En 2014, le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) a accordé à Jennifer une bourse de développement de carrière qui lui permet d’étudier comment les conséquences associées à un épisode de consommation affectent la décision de boire par la suite chez les étudiants postsecondaires qui boivent beaucoup. Plus récemment, elle a reçu une subvention de cinq ans du NIAAA pour se pencher sur les facteurs prédicteurs et les conséquences d’une consommation intense d’alcool et des pertes de conscience dues à l’alcool chez les jeunes adultes qui boivent. Elle a aussi collaboré à une étude pendant laquelle de l’information sur les normes entourant l’alcool était transmise par texto à des étudiants postsecondaires qui boivent. En ce qui concerne la méthodologie, elle s’intéresse actuellement aux méthodes qualitatives, à l’évaluation écologique momentanée, à l’analyse approfondie de données et à l’élaboration d’interventions.


Robert Saltz

Robert Saltz
Centre de recherche sur la prévention, Berkeley, Californie
Pourquoi les efforts déployés pour prévenir la consommation à risque élevé chez les étudiants postsecondaires misent-ils principalement sur des approches éducatives?

Robert Saltz, Ph.D., travaille dans la recherche en prévention depuis 1983, année où il a cofondé le Centre de recherche sur la prévention (Prevention Research Center). Parmi ses domaines d’expertise, notons la conception et l’évaluation d’interventions de prévention à l’échelle communautaire, la prévention des méfaits liés à l’alcool chez les étudiants postsecondaires, les observations structurées, la recherche par sondage, les plans d’analyse expérimentaux et quasi expérimentaux et la modélisation mathématique. Il a réalisé, avec un financement du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA), un essai randomisé sur la prévention dans 14 grandes universités publiques de la Californie en vue de concevoir et de déployer une stratégie de gestion des risques permettant de réduire les problèmes liés à l’alcool des étudiants postsecondaires. Il a aussi dirigé un essai contrôlé randomisé sur des interventions communautaires visant à diminuer la consommation d’alcool et à réduire les méfaits liés à l’alcool dans 12 villes californiennes; le groupe témoin était formé de 12 autres villes.

Sur le plan professionnel, Robert a notamment siégé à plusieurs comités d’examen s’occupant du financement de la recherche, a été membre du conseil d’administration de la Société pour la recherche en prévention (Society for Prevention Research) et a siégé à plusieurs comités pour la Société de recherche sur l’alcoolisme (Research Society on Alcoholism). Il a participé à l’atelier du Surgeon General sur l’alcool au volant (Surgeon General’s Workshop on Drunk Driving) et a été membre de l’équipe spéciale du NIAAA sur la consommation d’alcool dans les collèges et universités (NIAAA’s Task Force on College Drinking). À deux reprises, il a été membre du conseil consultatif du Centre d’études supérieures pour la prévention de l’alcool, de l’abus de drogue et de la violence (Higher Education Center for Alcohol, Drug Abuse, and Violence Prevention) du département américain de l’éducation. De nombreux collèges et universités des États-Unis et de l’étranger ont sollicité son expertise.


Mark Wolfson

Mark Wolfson
École de médecine Wake Forest, Winston-Salem, Caroline du Nord
Pourquoi les efforts déployés pour prévenir la consommation à risque élevé chez les étudiants postsecondaires misent-ils principalement sur des approches éducatives?

Mark Wolfson est professeur au Département de sciences sociales et de politiques en santé de l’École de médecine Wake Forest. Il a obtenu un doctorat en sociologie de l’Université catholique d’Amérique et a suivi une formation postdoctorale à l’Université Stanford et à l’Université de la Californie à Berkeley. Sa recherche porte sur la prévention de la consommation d’alcool, de tabac, de drogue illicite et de médicaments sur ordonnance chez les jeunes et les jeunes adultes. Il s’intéresse particulièrement aux stratégies environnementales de prévention déployées en milieu communautaire. Il a piloté plusieurs essais communautaires randomisés, dont l’Étude sur la prévention des conséquences liées à l’alcool (Study to Prevent Alcohol-related Consequences), qui faisait appel à l’organisation communautaire pour aborder la consommation d’alcool à risque élevé des étudiants postsecondaires. Cette étude a d’ailleurs été mentionnée dans le U.S. Surgeon General’s Report on Alcohol, Drugs, and Health de 2016 comme l’une de seulement six stratégies environnementales fondées sur des données probantes.

Parmi les projets de recherche sur lesquels Mark travaille en ce moment, mentionnons une évaluation du système de prévention de l’abus de substances en place en Caroline du Nord et une étude collaborative avec l’Université du Kentucky visant à améliorer les messages de promotion d’une élimination organisée des médicaments sur ordonnance. Il est à la tête d’une initiative sur les disparités en santé comportementale en Caroline du Nord (North Carolina Behavioral Health Disparities Initiative) et du Centre de transfert technologique en prévention du Sud-Est (Southeast Prevention Technology Transfer Center). Ajoutons qu’il est codirecteur du Centre de recherche sur les dépendances et l’usage de substance (Center for Research on Substance Use and Addiction) de l’École de médecine de Wake Forest. Il est auteur ou coauteur de plus d’une centaine d’articles publiés dans la littérature évaluée par des pairs, de nombreux rapports, éditoriaux, chapitres d’ouvrages, et d’un livre.


Colloques régionaux

Les colloques régionaux ont pour but de permettra aux étudiants de se familiariser avec le cadre proposé du PEP-MA, puis de stimuler un débat sur les initiatives les plus prometteuses et les actions jugées prioritaires par les étudiants. Les colloques sont tenus annuellement dans les différentes régions du PEP-MA, soit l’Ouest canadien, l’Ontario, le Québec et la région des provinces de l’Atlantique.

Revenez bientôt visiter cette page! Des informations sur les colloques régionaux de 2019 seront disponibles d’ici peu.